L’année du Mexique a duré moins d’un jour…

L’année du Mexique a duré moins d’un jour…

Il s’agissait d’un événement culturel. Le Mexique devait participer à une année d’exposition en France, à la demande même du président Sarkozy. La proposition remonte à la visite officielle du président Français au Mexique en mars 2009. Les programmes étaient prêts, les dépenses engagées. De part et d’autre. Les objectifs ne portaient aucunement sur le système judiciaire. Il s’agissait de favoriser la coopération dans les secteurs économique, scientifique, technologique, touristique, éducatif et culturel, mais aussi de la santé, et du développement durable. Et l’affaire Cassez a débordé de la discussion judiciaires et des pourparlers diplomatiques. Deux années de coopération pour la mise en place des manifestations ont été balayées.

Nicolas Sarkozy a pris la décision de contrer les institutions mexicaines. Il a voulu imposer que l’année du Mexique soit dédiée à Florence Cassez condamnée à 60 ans de prison pour participation à des activités criminelles, dont rapts et kidnappings, demande de rançons, etc… La réponse mexicaine ne pouvait qu’être un refus de s’exposer à l’insulte politique. Le président Felipe de Jesús Calderón Hinojosa a été logique. Il a annulé la participation du Mexique à l’événement français. Pourquoi venir en France se faire insulter ?

Côté Français, le résultat n’est pas brillant. Non seulement les programmations ont été annulées, mais dans une période où l’on veille aux grains, la dépense publique a été importante et, au final, ce n’est pas avec cette action irréfléchie que Florence Cassez aura eu un meilleur sort.

Je vous propose de signer une pétition pour normaliser les relations politiques France-Mexique.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *