Onze ans sans voiture

Onze ans sans voiture

Voici une décennie, je décidais de ne plus être encombré par la voiture. Terminé la boite à pv. J’étais libéré des questions de stationnement, des ballades dans les sous-terrains à la recherche de la place, puis à celle de la voiture. Quel niveau déjà ? Dans la foulée d’un changement radical, je découvrais les joies de la marche, des taxis et des transports en communs. Et je décidais de louer des voitures et de ne plus en posséder.

La SNCF décrochait sans rien faire un client fidèle, avec carte d’abonnement et grand voyageur. Les taxis venaient avec leur surtaxe nocturne, de bagage, d’attente en station et leurs sous-entendus suggérant le bon vouloir d’un pourboire. Les taxis les plus désagréables ne sont ni à Bordeaux, ni à Marseille, ni à Lyon, ni à Paris ou à Lille. Ils sont dispersés géographiquement. Mais quand même, d’expérience, il y a plus de taxis profiteurs à Bordeaux et à Marseille. Je plongeais aussi dans les vols réguliers. Fidèle comme une ombre, avec le sentiment d’une absence de choix, aux horaires d’Air-France. Les bas prix d’Easy-Jet m’ont aussi attiré. Toutefois, les retards si nombreux, les attentes interminables ne m’ont pas semblé compenser les écarts tarifaires. Pourtant, la compagnie cocardière a une grille tarifaire des plus absurdes. Les arguments pour les justifier sont tordus comme un cep de vigne, comme un aller simple est plus cher qu’un aller retour… Et parfois, avec le système de paiement American Express, de quoi enrager.

J’aurais ainsi passé onze ans sans que la pollution puisse m’être attribuée individuellement. Onze ans d’une écologie non forcée, assumée, et à peine revendiquée. Parfois seulement, certains pochetrons de l’embouteillage, incapables de faire autrement que de se lancer dans un bouchon, m’ont agacé. A peine. Certes, quelques PV appliqués sur le pare-brise de la voiture de location ont embrumé quelques fins de soirée. En passant devant quelques radars, j’ai du perdre en onze ans l’équivalent d’un permis de conduire. Pas plus.

Après cette période de cure, me voici, ou plutôt revoici automobiliste. A conduire avec sa propre voiture, les choses sont un peu différentes. Il existe une nuance inattendue par exemple entre la limitation de vitesse et les excès de limitation de vitesse. Une nuance à peine perceptible quand on loue. Aussi, il existe une nouvelle attention aux micro-rayures. Par ailleurs, sans les nouveaux systèmes Coyote et autre Avertinoo, il semble impossible de ne pas perdre des points, tant les radars sont placés pour piéger les automobilistes. Le contrôle systématisé fait de chacun de nous un délinquant potentiel. C’est la culture du présumé coupable qui s’applique aussi sur les routes. La polémique récente sur la suppression des panneaux d’avertissement de contrôle de vitesse a remis en évidence cette vieille discussion entre l’action pédagogique et l’action répressive. En réalité, maintenant, des enjeux économiques se font face : soit ce sont les caisses d’un État dont les dépenses sont arbitrairement décidées qui sont remplies, soit ce sont des sociétés privées qui en font leurs choux gras.

Dans des endroits en retrait des moyens de transport, la voiture est indispensable. Elle est tout aussi indispensable lorsqu’il s’agit de traverser la France dans sa largeur. Et c’est à ce moment là, qu’en plus des pv, des radars, de l’augmentation incroyable du prix du carburant, les frais d’autoroute apparaissent.  Mais pas partout. Les usagers des routes de Bretagne en savent quelque chose : pas de péage malgré les tentatives d’appropriation des sociétés d’autoroute, dont les dirigeants rêvent de taxer jusqu’aux accès urbains. Le résultat est un meilleur confort autoroutier, notamment avec des sorties tous les 7 kilomètres au lieu de 23 sur les autoroutes à péages.

Onze ans sans voiture. Mais à ce moment là, j’habitais en centre ville…

Partager cet article

Commentaires (5)

  • gerard mazel Répondre

    Super …..Bienvenue au club des cotisants ! Tu aurais pu prendre une voiture électrique pour continuer dans la voie de l’écologie et puis, ça m’arrangerais aussi que tu cotises pour ma retraite par la même occasion. Si ça te tente de regarder, la Tesla model S (made in siliconn valley) est magnifique, sinon restons français avec Hexagon furtive e-GT (l’alsacienne) encore plus belle …et là comme on dit chez nous ça dépote. ya des kilowatts sous le capot !

    18 août 2011 - 20 h 51 min
    • Jean-Louis Lascoux Répondre

      Bonjour , je suis donc allez voir sur ton invitation les deux modèles électriques. Extraordinaires. Quel look ! Une compétition d’esthétique. La première est particulièrement raffinée et j’ai bien apprécié ce site . La seconde est féérique. Mais je doute que l’on s’oriente vraiment vers ce genre d’énergie. Il reste que l’innovation est bluffante. A se demander pourquoi pour les automobiles les créatifs ne s’impliquent pas autant. Vu les prix, il s’agit quand même de gros bijoux à roulettes !

      19 août 2011 - 20 h 23 min
  • Fabien Eon Répondre

    A propos des radars, les systèmes permettant d’y échapper sont présentés par leurs fournisseurs comme des équipements de sécurité. C’est quand même étonnant.

    Sur le site de TomTom (www.tomtom.com/services), on peut lire “Conduisez sereinement et en toute sécurité tout en évitant les amendes. Repérez les radars fixes grâce aux Radars TomTom”

    Deux interprétations sont possibles, qui semblent aussi absurdes l’une que l’autre : 1/ La sécurité, c’est rouler en excès de vitesse sans se faire prendre ; 2/ Les radars sont destinés à mettre les automobilistes en danger.

    19 août 2011 - 9 h 17 min
  • Denis Jammet ProMédiation Répondre

    Si sur la route sécurité et liberté s’opposent, heureusement ce n’est pas le cas pour la Médiation.

    5 septembre 2011 - 14 h 45 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *