L’association nationale des médiateurs fait pont neuf

L’association nationale des médiateurs fait pont neuf

Plusieurs médiateurs professionnels m’ont demandé ce qu’est cette association ANM – association nationale des médiateurs – qui vient de sortir son site internet remodelé et qui leur adresse des mails non désirés comme si cette association avait accès à notre fichier. J’ai bien dû répondre que les adresses mail figurent sur notre annuaire et que cette association s’agitait pour signaler sa satisfaction d’exister.

L’historique présenté par cette association est clair, même s’il n’est pas limpide. Cette association est issue de la formation dispensée par le prêtre Jean-François Six, à l’Institut de Formation à la Médiation. CQFD : le courant spiritualiste est inévitablement là. D’ailleurs, on retrouve la démarche moralisatrice suffisamment explicite dans les pratiques des animateurs de cette association.

L’ANM est liée par le même code de déontologie à la Fédération Nationale des Centres de Médiation, laquelle fédération a été mise en place par des avocats organisés localement en barreaux auxquels des centres de médiation ont été rattachés.

Il y a un an, en février 2011, la CPMN a parrainé un événement organisé en France par l’ANM sur la médiation, ce qui ne signifie rien d’autre qu’un parrainage ponctuel et ce qui n’exclut pas le fait de recommencer comme de ne pas le refaire.

Des membres de la CPMN font le choix d’être aussi membres d’autres associations. Maintenant, je n’ai pas de réponse quant à savoir si le fait d’être membre du CA de la CPMN est contradictoire avec le fait d’être membre d’une autre association de médiation. Peut-être que le CA devrait se prononcer sur le sujet… Ce n’est pas vraiment un propos qui m’emballe. A priori, pour moi, les multiples cotisations sont l’affaire de ceux qui les dépensent.

La CPMN n’est pas une association comme les autres, puisque c’est le seul organisme syndical. Une tentative a été faite d’en créer un concurrent, mais comme le nom d’une tentative l’indique, ce fut un échec.

La CPMN a été leader et continue de l’être sur un grand nombre de points : le code d’éthique et de déontologie -CODEOME, la médiation préalable, la professionnalisation de la médiation, la certification des formations, la compilation des textes officiels et professionnels, la mise en place de l’observatoire WikiMediation, la publication électronique Mediatoroscope… etc.

Il est important que d’autres associations cherchent à se faire une place, quelle que soit l’obédience qui les inspire. Ainsi, tandis que cette association s’anime, le monde de la médiation s’éclaire : on sait qui est qui et où. On identifie mieux le paysage de la médiation, qu’elle soit indépendante, professionnelle, dilettante ou d’amateurs ; qu’il s’agisse d’une tendance spiritualiste, moralisatrice, juridique, psychologique ou un savant mélange de tout ou partie de cela.

La CPMN ne propose pas d’approche de “gestion des conflits” ; elle ne s’appuie pas sur une conception moralisatrice telle que la “bienveillance” ; elle ne promeut pas l’encadrement juridique des accords ; elle propose la continuité de la médiation par delà l’abandon par un médiateur au nom de critères moraux ou d’interprétations juridiques…

Dans ce paysage, la CPMN est donc la seule structure syndicale et la seule organisation non-gouvernementale affirmée ; c’est la seule organisation des médiateurs professionnels a développer la médiation comme une discipline de la qualité relationnelle, dotée de processus structurés visant la résolution des différends.

Voici donc pour éclaircir les choses ce que je peux répondre à votre interrogation. Ceux qui n’en n’avaient pas auront les réponses 😉

Partager cet article

Commentaires (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *