Compliance – film de manipulation

Compliance – film de manipulation

Le mot “compliance” en anglais signifie la conformité et évoque la malléabilité pour se conformer. D’où ce titre pour un film sur la manipulation agaçante pour le spectateur qui se sent inévitablement pris en otage, à moins qu’il y trouve lui-même une complaisance.

L’histoire

La journée commence par quelques contrariétés anodines pour Sandra, gérante d’un fast-food. Tandis que la journée est lancée, elle reçoit un appel d’un policier qui porte des accusations de vol sur une jeune employée. L’appel va transformer Sandra en auxiliaire de la voix du policier. La jeune caissière va se soumettre à ses injonctions, puis d’autres membres du personnel vont se prêter au jeu de la voix, se passant le combiné sans jamais raccrocher ou demander le numéro de téléphone de leur interlocuteur. La jeune femme va se déshabiller jusqu’à être violée.

Fiction ou réalité

Le film est présenté comme tiré d’événements vrais. Il paraîtrait qu’aux Etats Unis un homme aurait passé une soixantaine de coups de fil dans trente Etats différents pour manipuler de cette façon des personnes et leur faire faire des choses de ce genre. Quoiqu’il en soit, le scénario a tout lieu d’agacer. Il est évocateur de multiples situations, de la manipulation la plus simple à la prolifération des rumeurs.

Un sujet politique et social

De la crédulité humaine, à la soumission déjà traitée dans “I comme Icare“, où l’expérience de Milgram est présentée sous les yeux d’Yves Montant, en passant par les manipulations politiques dénoncées par Hannah Arendt (Du mensonge à la violence), le rythme du film, lourd, lent, voir assommant, donne le temps de penser.

En tant que spectateur, il faut ne pas être là pour ne pas savoir où le scénariste nous entraîne. Le viol est à la clé. Il suffit d’attendre. Les ficelles de la manipulation sont grosses. Elles sont tellement énormes en tant que spectateur qu’on peut se demander comment c’est possible. Mais. Mais voilà, ce n’est pas impossible. C’est vraisemblable. C’est sorti du réel.

Cela dit, le film est trop long, les scènes d’un réalisme cru . Non seulement l’ambiance est glauque, mais le scénario est d’une pesanteur sans intérêt. A partir avant la fin.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *