Action de groupe : le gouvernement ne répondra que si vous cliquez…

Action de groupe : le gouvernement ne répondra que si vous cliquez…

Le gouvernement est en train de faire naître une nouvelle pratique “démocratique” avec internet. Désormais, la loi pourrait bien n’être inspirée que par les seuls internautes. Ceux qui n’utilisent pas internet, ceux qui n’ont pas envie de se coller les doigts sur un clavier, ceux dont le cerveau est réticent aux petits écrans, ceux-là ne peuvent pas participer à la démocratie par le clic.

Exemple : vous avez subi un préjudice et vous avez découvert via votre quotidien papier que vous n’étiez pas le seul dans le même cas. L’idée vous prend de vous rapprocher des autres pigeons. Sans le savoir, vous venez d’inventer l’action de groupe, dite “class action”. Evidemment, vous, vous êtes équipé. Alors vous avez le réflexe d’aller sur internet. Vous pensez tout de suite qu’il y a le site du ministère de l’économie, évident. Vous y allez sans tarder. En effet, vous ne doutez pas qu’il y aura là un sondage pour que votre question générique sur le sujet soit prise en compte dans le cadre de la loi qui se concocte au parlement. Vous allez pouvoir utiliser votre compétence informatique et votre talent de cliqueur. En posant une question, vous saurez si elle est bonne parce qu’elle aura été retenue par un comité obscur derrière les écrans du ministère de l’économie. Vous la verrez apparaître ensuite dans la liste des questions qu’on peut poser. Vous saurez si votre question est vraiment pertinente lorsqu’elle recevra beaucoup de votes de la part des autres internautes. Alors, grande consécration, la réponse viendra.

Le plus intriguant, c’est la manière dont les choses sont pensées pour retenir les questions : il faut poser une “bonne question” qui sera retenue que si elle reçoit un nombre suffisant de clics :

Cette foire aux questions est interactive, c’est à vous de choisir les questions qui vous semblent les plus intéressantes afin d’obtenir la réponse. Seules les questions ayant obtenu le plus grand nombre de votes obtiendront une réponse, n’hésitez donc pas à cliquer sur le bouton « + » !

Actuellement, la question en tête avec 67 clics serait la suivante, rubrique “Résiliation des contrats d’assurance” :

 Ce sera le cas pour quels contrats d’assurance ? 

Comme d’habitude, le sujet principal, l’action de groupe, semble être considéré comme secondaire par les internautes. La première question retenue sur le sujet à ne réunit que 52 clics. Mais c’est quand même la deuxième question de l’ensemble de la liste. La seconde sur l’action de groupe n’en a reçu pour l’instant que 7 et la suivante 3. Sachez une chose quand même, c’est que les votes peuvent être gonflés à souhait par une seule personne. Il suffit de changer son accès internet avec son portable et, ni vu ni connu, la question que vous aurez choisie pourra passer devant toutes les autres.

Mais ça ne viendrait à l’esprit de personne de faire cela pour des sujets d’aussi peu d’importance. En tout cas, le gouvernement ne répondra que si vous cliquez. Pour l’action de groupe, on ne pouvait mieux choisir.

Bienvenue dans la démocratie par les clics. Autre indiscrétion à propos du site en question, il n’y a pas un seul internaute qui a cliqué, à ce jour, sur le bouton “j’aime” dans les consultations publiques. Le ministre pourrait s’interroger…

Partager cet article

Commentaire (1)

  • Jean-Louis Lascoux Répondre

    A la question que j’ai posée : Quelle place accordez-vous à la médiation ? La réponse donnée est :
    “La médiation est possible tout au long de la procédure d’action de groupe, et est bien sûr possible avant l’introduction de toute action. À ce dernier propos, il est d’ailleurs souligné que le Gouvernement a aussi voulu l’action de groupe comme une arme de dissuasion : que l’action de groupe soit rendue possible devrait favoriser l’essor de dispositifs de médiation interne efficaces, au bénéfice des consommateurs.”

    10 août 2013 - 10 h 33 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *