J’ai regardé l’émission Déshabillons-les, sur Public Sénat

J’ai regardé l’émission Déshabillons-les, sur Public Sénat

La chaîne Public Sénat a cédé à la tentation du style horoscope. On paie pour ça parce que la rédaction fait dans la démagogie et des journalistes se roulent dans les sornettes intellectuelles. J’ai regardé le 3 avril 2013 Déshabillons-les. Qui “les” ? Les politiciens, bien-sûr. Alors, cette fois, le premier ministre était mis sur la piste de la “pole danse”. Sur le plateau, deux spécialistes du langage l’un des mots l’autre des gestes.

Stéphane Bunard était là. C’est qui ? Il est étiqueté “synergologue” ; ça désignerait un champ d’étude du non-verbal. Là, il m’a convaincu : en un temps record il a fait valoir l’ineptie de cette approche. A coup de références invérifiables, il a fondé son argumentation. Le ton péremptoire suffit à ses nouveaux interprètes de notre communication pour affirmer la pertinence de leurs affirmations. Comme une suffisance. Il paraîtrait que le choix des mots d’un discours pèserait pour 10% dans la transmission d’un message et le non-verbal (intonation, gestuelle) pour 90%. De quoi catastropher les héritiers de l’abbé de l’Attaignant. Le savant médiatique a fait une brillante démonstration : les illusions d’optiques fonctionnent parfaitement avec lui. Ce qu’il voit, il l’interprète et son interprétation se meut en science par le seul fait qu’il croit ce qu’il voit. Il fait partie de ceux pour qui l’astre qui semble s’élever dans le ciel est celui qui tourne autour de la planète, puisqu’il se présente ici le matin, là-haut le midi et là-bas le soir.

[vsw id=”-hyN6_hmVuk” source=”youtube” width=”425″ height=”344″ autoplay=”no”]
Les quatre premières minutes, c’est largement suffisant. Le reste est à l’avenant.

Attention aux Lucky Luke des paupières

Si l’on s’en tient à cela, le sens du message reçu est celui du message émis. Ça serait un peu, voire précisément comme l’affaire d’un décryptage d’un code secret. L’émetteur y va de ses secrets, mais il a face à lui un synergologue. Ou bien encore ça serait comme si le sens des messages du corps pouvait être lu comme un sourd peu lire sur les lèvres. Et pourtant, il n’y a compétition ici avec tout ce qui est de plus absurde.

Si par exemple vous mentez, vous ne vous rendrez pas compte que vous clignerez des yeux plus vite qu’il vous faut pour les fermer, ou quasiment. De même pour les ouvrir. Assourdissant. Non, aveuglant. C’est une affaire de clic-clac de la paupière. On compte et on sait que vous mentez. Formidable.

Mais que fait la police et la Justice ?

Mais que fait la police au lieu d’utiliser encore ces vieilles méthodes ringardes de l’écoute téléphonique, pourquoi n’utilise-t-elle pas une bonne caméra embarquée sur le front des voisins ?

Pourquoi ne fait-on pas plus appel à ces synergologues dans les interrogatoires de police ? Pourquoi ne met-on pas ces individus, adoubés par sa journaliste et la rédaction de public Sénat, sur le perchoir des assemblées, en détecteur de mensonge dans les box des accusés ?

La signification du non-verbale

Ce qu’il convient de savoir, c’est que la gestuelle ne signifie RIEN. C’est comme l’habilité d’un joueur de tennis par exemple. Il n’a pas appris à jouer, il a des mouvements maladroits. Il manque d’efficacité. On ne trouvera pas un sens autrement caché que celui de sa maladresse pour coordonner ses mouvements avec son objectif global. Il en va de même pour quelqu’un qui parle. Il a des maladresses, mais cette maladresse n’a pas plus de sens que cela. Elle ne signifie rien d’autre qu’elle même.

Par contre, un joueur qui a appris à faire des gestes efficaces, qui sait optimiser ses mouvements, ce joueur là a de l’élégance, plus de force, moins ou pas du tout de perte d’énergie. L’orateur qui a appris l’art de la communication a ainsi plus de pertinence globale, plus de crédibilité, plus d’efficacité. Mais son absence d’attention à sa gestuelle n’apporte pas plus d’information que celle de son manque d’attention.

Attention aux mèches de cheveux et aux accroche-cœur

De tout temps, il y a eu des idées reçues sur les apparences. Les nazis ont fait grandes œuvres dans ce domaine, décrivant celui qui cherche à se cacher. Ainsi, le juif avait une apparence qui le trahissait : petits yeux malins, nez long et crochu, teint pas clair, etc…

Et celui qui veut séduire, n’a-t-il pas eu des mèches en accroche-coeur ?

Attention donc à toutes ces bêtises qui circulent bien sur internet. Des pseudo-spécialistes, escrocs intellectuels pour certains notoires, ne sachant pas gagner leur vie autrement qu’en parasitant la naïveté de leurs congénères, font leurs choux gras avec des “sens cachés”. J’en ai vu un qui voit dans les applaudissements une manière de battre papa et battre maman…

Comme l’autre voit dans l’index mis sous une encolure l’arc bandé des Iroquois.

[vsw id=”gfXkVvwEcig” source=”youtube” width=”425″ height=”344″ autoplay=”no”]

Partager cet article

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *