A ne pas manquer

En quête de qualité relationnelle ou de résolution de différend, le choix de la médiation professionnelle c'est la CPMN

Pas encore de formation médiation professionnelle en Suisse ni au Luxembourg

En quête de qualité relationnelle ou de résolution de différend, le choix de la médiation professionnelle c'est la CPMN

En quête de qualité relationnelle ou de résolution de différend, le choix de la médiation professionnelle c’est la CPMN

De tout temps, l’envie de se promouvoir, de se hisser en profitant des autres ou d’un autre seulement a conduit certains humains à copier, plagier, reproduire, décalquer, pomper, tricher. Le résultat est la plupart du temps consternant. Mais il n’empêche pas les auteurs de ces malfaçons de réussir tant il est difficile de les contrecarrer. Tant il est devenu difficile de les empêcher de parasiter d’un côté le vrai savoir faire et de l’autre côté l’ignorance des clients.

Je ne parle pas du caméléon qui a cette caractéristique d’adaptation, de camouflage. Je ne parle pas de ces fleurs magnifiques qui adoptent l’apparence d’un animal pour repousser des parasites. Non, la nature est faite de cette richesse des couleurs et des formes qui me conduisent à l’admiration.

Je parle de ces piqueurs de formation qui parviennent à embarquer des clients par des discours empruntés et qui jouent de leurs insuffisances intellectuelles pour se faire quand même, malgré tout, un petit promontoire vers une réussite qui les frustre.

L’un d’eux me disait d’ailleurs, quittant soudainement notre conversation en pleurant qu’il n’avait rien fait de sa vie qui vaille à ses yeux le mérite qu’il recherchait. Alors, il a trouvé sa solution en imitant la médiation professionnelle, en vautrant son discours dans les approximations qu’il n’a pas digéré à propos de la PNL, de l’AT, du MBTI. Il y fourre tout, pensant ainsi témoigner d’originalité en se conformant par l’usage de concepts connus mais inappropriés pour accompagner la résolution des différends. Le résultat est une tambouille sans intérêt, à laquelle se font prendre les clients, flattés par la bidouille dont ils ont entendu parler par ailleurs.

La médiation professionnelle que j’ai initiée se trouve l’enjeu de cette quête. C’est la démonstration d’une réussite, me disent les plus optimistes. Certes. Mais il convient d’attirer l’attention des clients, même si ça fait râleur, que la médiation professionnelle est enseignée à l’EPMN, et exclusivement à l’EPMN.

Et pour toute réponse, ce que je peux faire pour ceux qui obstinément se font prendre, c’est de les inviter à venir constater la différence. Vous êtes inscrits à l’une de ces formations ? Vous savez qu’en matière de formation continue, vous pouvez annuler votre formation ? Alors, c’est la loi, vous pouvez venir assister à une journée de formation de l’EPMN, et vous constaterez qu’il n’y a pas photo.

Sachez donc que la médiation professionnelle est pratiquée exclusivement par les médiateurs membres de la CPMN, syndicat professionnel historique qui est très vigilant à ne proposer que des médiateurs apportant les garanties de compétence. Et ce n’est pas pour rien que la CPMN présente un tableau officiel : pour permettre à tous de faire la différence.

Vous pouvez aussi trouver les médiateurs professionnels grâce au moteur ALLOMEDIATION

Ainsi, pour les formations en 2014, il n’y a qu’en France que la médiation professionnelle est enseignée : Paris, Lyon, Bordeaux (siège de l’école), Fort-de-France et Pointe-à-Pitre.

L’année prochaine, on va voir pour la Suisse et le Luxembourg, mais soyez patient(e)s. Ne vous laissez pas emporter 😉 Tenez-vous informé(e)s sur notre journal en ligne : l‘officiel de la médiation


la mante orchidée par 2tout2rien

La médiation au secours d’un système judiciaire en déroute ?

Christiane-TaubiraLe 9 septembre 2014, la ministre de la justice, Mme Taubira, a annoncé via le Parisien Libéré, qu’un conseil national de la médiation et de la conciliation allait être créé. Cette mesure va avec des restrictions budgétaires et un appauvrissement de l’appareil judiciaire. Pour la Chambre Professionnelle de la médiation et de la négociation (CPMN), seule organisation syndicale et représentation de cette profession émergente, ce conseil national de la médiation et de la conciliation est une nouvelle erreur, alors même que la CPMN a proposé une structure de ce type en 2011.

Depuis notre proposition de 2011, nous pourrions être satisfaits de cette annonce. En effet, cette structure ambitieuse ne saurait laisser indifférents les représentants de la profession de médiateurs. L’idée est issue de nos propositions pour la promotion de la médiation en l’occurrence, plus précisément il s’agissait d’une commission nationale de la médiation que nous voulions plus large. L’instance proposée est restrictive, même si la conciliation y a été raccrochée.

Lire la suite sur le mediatoroscope ou le ville de la justice

objectif aquitaine

La médiation professionnelle en débat : la qualité relationnelle au service de la performance en entreprise

lundi 22 septembre 2014 / 18H / Bordeaux Hôtel Burdigala / 115 rue Georges-Bonnac

La médiation professionnelle en débat : la qualité relationnelle au service de la performance en entreprise.

Pour attirer l’attention sur l’importance de la régulation des relation en prévention des conflits et sur les bénéfices de la qualité relationnelle au travail. Le coût de la non-qualité relationnelle pour l’entreprise est insoupçonné. Il s’avère néanmoins important : mal-vivre, absentéisme, démotivation… Autant de situations qui peuvent aboutir au conflit, partie la plus visible de la dégradation de la relation. Tous ces aspects de la médiation professionnelle seront abordés le 22 septembre dès 18H.

INTERVENANTS : 

Yves PETITJEAN Président de la Chambre
de métiers et de l’artisanat d’Aquitaine
Michel DUMON Président de la CAPEB Gironde
Philippe MOULIA Directeur général d’Eiffage
Construction Nord Aquitaine
Sophie ABIB DRH Ile-de-France d’Orange
Alexandre BAUD DRH de la Lyonnaise
des Eaux
Jean-Louis LASCOUX Président de la CPMN
Henri SENDROS-MILA Vice-président de la CPMN

3 mystifications en formation managériale : Maslow, Karpman, Kubler-Ross

Des mystifications sont véhiculées dans le monde des formations managériales. Les enseignants des grandes écoles et les consultants toutes catégories les répètent sans plus approfondir.

J’ai déjà eu l’occasion de pointer des illusions intellectuelles diffusées dans les formations. Mais là, j’insiste sur ces erreurs dogmatiques :

  • la courbe du deuil, d’Elysabeth Kubler-Ross
  • la pyramide des besoins d’Abraham Maslow
  • le triangle dramatique de Stephen Karpman

Pour chacun de ces modèles, des explications plus fumeuses les unes que les autres sont avancées pour les justifier. J’ai moi-même contribué à les véhiculer. Je n’imaginais pas qu’on m’instruisait d’idées fausses. Les plus prudents de mes enseignants et formateurs insistaient sur le caractère “mou” des prétendues sciences des comportements.

Au titre de l’incertitude, on tend à justifier le flou et le brouillard qui servent d’arguments. La rationalité ne pourrait être le moyen de traiter les informations, il faudrait du feeling et de l’intuition et de “l’ouverture d’esprit”. Toute contestation fondée sur le raisonnement est recalée au nom de cette sacrosainte “ouverture d’esprit”. Mais il n’empêche qu’au nom de ces représentations, on tire des leçons qui fondent des décisions, voire des pratiques relationnelles de management. En fait, il ne s’agit que de croyances. Rien de méthodique là dedans, rien de scientifique, que de l’élucubration bénéficiant de la bienveillance de nombreux professeurs et enseignants n’ayant jamais pris la peine de vérifier la moindre des affirmations.

kubler rossPremière mystification : la courbe du deuil d’Elysabeth Kubler-Ross par exemple, appliquée au situation de changement, on développe un raisonnement sophistique de type : si vous résistez au changement mis en place, ne vous étonnez pas de sombrer dans les affres de la dépression, puisque c’est dans la logique de la courbe du deuil appliquée au changement. Tout aussi invraisemblable qu’invérifiable. En réfléchissant un tant soit peu, on comprend l’absence de vraisemblance du cycle inventé par E. Kubler-Ross. Le mal-fondé de la transposition dans les situations de changements est encore plus flagrant. Selon la théorie, le changement engagé serait de même nature qu’une mort médicalement annoncée, toute résistance serait vaine et témoignerait d’un manque de réalisme. Le prétendu outil est ainsi utilisé à des fins manipulatrices, souvent à l’insu même de celui qui l’utilise.

pyramide de maslowDeuxième mystification : la pyramide de Maslow est une représentation protestante des besoins et désirs des personnes. Les besoins ne sont pas ressentis selon la même logique par les personnes, ils peuvent mêmes être très différents. Cette pyramide est un trompe oeil de l’intelligence, c’est du même ordre d’idée que de vouloir étudier l’astronomie en insistant sur l’observation du coucher et du lever de soleil pour crédibiliser le géocentrisme. Cette conception est typiquement protestante, et dans un contexte politique et économique précis. C’est un cliché d’époque. Elle ne vaut plus rien maintenant, même aux USA.

triangle de karpmannTroisième mystification : le triangle de Karpman ? Un modèle qui a de quoi faire jaser dans le monde des risques psycho-sociaux où l’incompétence monte avec conviction sur les chaires universitaires, dans les grandes écoles du management et se diffusent à coup d’études publiées par les associations du travail où l’on ne vérifie rien de tout cela avant de le propager. Voici donc véhiculée l’idée des relations triangulaires. Elles seraient liées à des rôles distribués entre persécuteur, victime et sauveur. Les rôles s’alternent selon un principe très opportun pour le théoricien de cette représentation somme toute très foireuse, mais qui plait à ceux qui s’imaginent en capacité de faire de la lecture de pensée et d’intention. La critique que j’en ai faite à partir du film “Oui, mais’ est amplement suffisante.

Ces trois leurres présentées comme des vérités dans la plupart des formations au management sont des hontes intellectuelles. Elles sont absurdes, et mêmes ridicules. Maintenant que l’on a un peu avancé dans la qualité du raisonnement. il serait temps que les consultants et formateurs s’actualisent et cessent de les véhiculer.

Qui ne sont pas “médiateurs professionnels” ?

Lorsque j’ai initié l’usage de “médiateur professionnel” et de “médiation professionnelle”, ils ont été nombreux dans le microcosme de la médiation des conflits à dénigrer ces deux notions. Pour eux, le médiateur ne pouvait pas être un professionnel, non. Pour eux, être médiateur ça devait rester une activité annexe à celle de conseil ou d’arbitre ; pour eux, la médiation, c’était (et pour beaucoup c’est toujours) un mi chemin entre la morale et le droit ; avec un peu de psychologie, le médiateur doit arriver à ce que ses interlocuteurs deviennent raisonnables. Selon eux, la médiation, c’est fait pour ramener les personnes sur les chemins de la conformité. Pour eux, la médiation, c’est une mission, à la rigueur une activité de retraités, ou de fonctionnaires bons offices, ou de personnes travaillant dans un organisme subventionné, sous tutelle de l’Etat ou d’une para-administration. En tout cas, l’idée de la “médiation professionnelle” leur apparaissait (et encore…) une usurpation. Elle ne devait pas faire de chemin du tout. Pour eux, médiateur professionnel, c’était abusif, voire un non-sens.

J’ai défendu l’idée par la preuve : “un médiateur, une mission, un résultat”. J’ai démontré que l’on sait où conduit un conflit et où une médiation professionnelle peut conduire aussi. J’ai imposé une vision scientifique de la résolution des différends. Ca a vraiment commencé en 1999, lorsque j’ai écrit mon bouquin “Pratique de la médiation professionnelle” (ESF). Alors, à ce moment là, comme j’ai insisté, les concurrents de l’EPMN, la seule école de médiation professionnelle, ont concédé qu’on pouvait dire “professionnel de la médiation”, mais pas “médiateur professionnel”. Selon eux, on pouvait parler de “professionnalisation de la médiation”, mais pas de “médiation professionnelle”. Les plus ardents défenseurs de la non médiation professionnelle étaient dans le monde du droit. Ils voyaient émerger une profession sur le terrain du règlement des conflits. Mais pas seulement, des psychologues aussi, et beaucoup de personnes du milieu confessionnel.

Et j’ai poursuivi. J’ai façonné la médiation professionnelle. J’en ai fait une discipline. J’ai suivi l’évidente vécue en entreprise : la médiation était professionnelle et médiateur devenait une profession à part… une profession à part entière.

Dans la médiation professionnelle, pas de psychologie, rien qui ne puisse être démontré, attesté, pas de droit, pas de sociologie, pas d’argument statistique, pas de morale, pas de recours à la conformisation. En médiation professionnelle, une approche rigoureuse, méthodique, rationnelle, précise, transmissible, une pratique d’aide à la structuration de la pensée, des processus de soutien du libre arbitre par la réflexion et d’accompagnement de projets.

Alors, ils sont venus surfer sur la vague, parasiter le concept avec leur incompétence. Certains sont venus se former à l’EPMN. Ils pompent l’éthique, la déontologie, quelques techniques qu’ils peinent à reproduire, maquillent l’altérocentrage et les processus structurés. Mais incapables d’assimiler la rigueur, ils sont partis en s’appropriant quelques concepts en les vidant de leur contenu. Ils dispensent aujourd’hui des formations avec des contenus relevant de la psychologie et même des pires inepties, détournant la notion de médiation professionnelle de sa rigueur éthique et déontologique qu’ils n’ont pas pu supporter.

Alors pour vous permettre de faire le tri, les organisations fondatrices de la médiation professionnelle viennent de publier le tableau officiel des médiateurs professionnels. Et en tout cas, n’hésitez pas à venir à l’EPMN, à Bordeaux, au lieu de vous embringuer dans une formation de bateleur.

Les médiateurs professionnels savent comment conduire leurs processus, ils savent aider les personnes à trouver leur issue, à choisir leurs solutions. En tant que membres de la CPMN, ils sont les seuls à préserver la libre décision des parties, à promouvoir le droit à la médiation. Avec les médiateurs professionnels, je vous remercie de votre confiance.

De la manif pour tous à l’opposition au droit à la médiation

Le mouvement de la Manifpourtous a fait reporter le projet de loi famille. Victoire ! Mais les manifestants savent-ils vraiment contre quoi ils ont manifesté ? Les slogans étaient réchauffés, les mots d’ordre étaient faux, la cause n’avait rien à voir avec le but affiché, tout était bidonné et pourtant, marionnettes dont le porte-voix était le ragot, les leaders ont réussi leur coup. Pourquoi ? Comment ? Trop forts !

La grande manipulation

Le mot d’ordre lancé par les leaders de ce mouvement était de se rassembler contre la “familiophobie” du gouvernement. La mobilisation se faisait au moyen de rumeurs lancées sur le net selon lesquelles :

  • le ministre de l’éducation voulait faire enseigner la “théorie du genre”, ce dont il n’a jamais été question
  • la procréation médicalement assistée (PMA) était dans le projet de loi, ce qui est totalement faux
  • la gestation pour autrui (GPA) serait mise en place, ce qui n’était pas non plus dans les textes

Alors quoi ? Pourquoi tant de bruit ? Pour le plaisir de venir contrecarrer quelque chose qui n’était pas prévu ? Non, bien sûr. Il suffit de s’intéresser au contenu réel de ce texte et on trouve ce dont les leaders traditionalistes ne voulaient pas.

Les leaders apparents du mouvement de la manif pour tous et leurs copains…

Ludovine de La Rochère, née Mégret d’Étigny de Sérilly, est présidente de La Manif pour tous, chargée de communication à la Fondation créée par Jérôme-Lejeune, décédé en 1994, docteur honoris causa de l’Opus Dei dont il était membre, connu aussi pour ses positions antiavortement. Elle a été secrétaire générale de la revue Commentaire, laquelle serait la « seule revue intellectuelle de droite qui compte vraiment », selon Olivier Corpet, alors président fondateur de l’Institut mémoires de l’édition contemporaine. Elle a également été chargée de communication de la Conférence des évêques de France, avant de l’être pour la fondation Jérôme Lejeune qui continue à la salarier pour qu’elle ait tout le temps nécessaire à son action militante.

Frigide Barjot, pseudonyme de Virginie Tellenne, dont le sens même du calembour n’est pas autre chose qu’une négation de la féminité et suggérant l’excision. Comique logée pendant des années aux frais des contribuables parisiens, elle se proclame attachée de presse de Jésus, se déclare contre la distribution des préservatifs, même en prévention du sida, contre l’IVG et commet une chanson qui en dit long sur ses préconisations sexuelles, son exhibitionnisme militant autant sur le cynisme de ses théories : “Fais-moi l’amour avec deux doigts”, soutenue par Thierry Ardison.

Bruno Tellenne, frère de l’animateur de télé Karl Zéro (Marc Télenne), est le conjoint de Frigide Barjot. Il utilise un pseudonyme Basile de Koch, pour “bacille de Koch”. Sa mère est animatrice de la chaîne de télévision catholique : KTO. Pasticheur, il est coauteur d’un livre défendant les théories de droite extrême “la Préférence nationale, réponse à l’immigration“, chez Albin Michel, dirigé par Jean-Yves Le Gallou, membre du Front national, paru en 1985 et signé du Club de l’Horloge, cercle politique ultradroitier.

On comprend mieux les intérêts servis et comment une médiatisation aussi forte a été apportée au projet délirant de personnes qui utilisent des pseudo ridicules. Le couple était la médiatisation et désormais, ça risque de faire long feu puisque les relais ne seront plus là.

Enfin, c’est quoi toutes ces organisations qui sont mobilisées ? Rien, “coquilles vides“. Mais ! Mais poches pleines : la majorité des associations revendiquées dans le collectif sont des associations inexistantes ou créées par les mêmes personnes, une habitude dans ce petit monde associatif du détournement qu’en d’autre temps on appelait des “faux-nez”. La réponse à la question mais d’où vient l’argent des organisateurs semblent pouvoir être de ces associations proches de l’Eglise catholique : Alliance VITA, Familles de France, Associations familiales catholiques, et de la mouvance National Organization for Marriage. Tiens donc, on y trouve des associations de la vieille garde de la droite politique subventionnées par l’Union nationales des associations familiales (UNAF)…

Qu’y avait-il réellement dans le texte que le gouvernement n’a finalement pas maintenu ?

Le contenu de ce texte peut sembler anodin par rapport à ce qui était hurlé. Il pourrait sembler bizarre que pour un contenu sans rapport avec les protestations, une pareille mobilisation ait pu être mise en place. Mais il en allait de bien d’autre chose. Le  jeu mis en place par les intégristes à la tête du mouvement répondait à un risque tout aussi important mais indicible.

Le fonctionnement global des dirigeants de ces mouvements, Opus dei en tête, est de contester l’individualité et de défaire les droits de l’homme (ils parlent de droitdel’hommisme). Oui, rien que cela. Pour eux, la vie est une soumission à une autorité, jusqu’au soutien à des systèmes dictatoriaux, quitte à réclamer le droit à la démocratie pour faire passer leurs idées. La fin justifie les moyens, on en rigole, les promesses n’engagent que ceux qui y croient. L’autorité commence par une représentation mystique (dieu) pour se répercuter par ceux qui se revendiquent, dans le cadre d’une organisation spécifique de l’ordre établi depuis deux milles ans, les représentants de cette autorité. Alors, oui, c’est de la liberté individuelle dont il s’agissait, et à plusieurs titres :

  • modification de l’autorité parentale
  • création du statut de beaux-parents
  • médiation obligatoire lors de la judiciarisation des conséquences d’une séparation
  • lutte contre les châtiments corporels
  • pré-majorité à 16 ans
  • réforme de l’adoption
  • facilité d’accès aux informations sur ses origines

Ainsi, pas de PMA ni de GPA. En revanche, des réformes sur les rapports à l’autorité, qui impliquent une sorte de droit d’ingérence dans les modes éducatifs, telle l’usage de la violence dans les rapports parents/enfants, la modification d’une représentation sur le lien exclusif du sang pour l’autorité parentale, la possibilité pour les adolescent de s’extraire encore plus tôt de la soumission aux parents. Globalement, il y va d’une évolution du rapport à la soumission dans le contexte familial (autorité parentale, statuts de beaux-parents), d’une extension de la libre décision appliquée aux adolescents (pré-méjorité), de la non-soumission à la décision arbitraire d’autrui (châtiments corporels, cacher les informations sur ses origines) et de la libre décision assistée par médiateur pour étendre le libre arbitre par delà les rapports conflictuels, au lieu de la soumission souvent illusoire (appel, cassation, organisation d’insolvabilité, désobéissance, nouvelle procédure…) à une autorité judiciaire.

Les vrais perdants dans le retrait de la loi famille par le gouvernement

La principale perdante dans cette affaire, c’est la médiation appliquée dans les contextes familiaux devenus invivables par les parties. Oui, le résultat de cette manif a été de faire balayer un processus d’aide à l’apaisement, par une libre décision. Oui, le principal perdant est le citoyen qui va devoir continué à se soumettre à la décision d’un juge tandis qu’il aurait eu la possibilité d’être assisté pour pouvoir de manière pérenne mettre un terme à des conflits qui lui pourrissent la vie. Oui, c’est le sens du combat qu’ont mené les catholiques intégristes, avec le soutien de nombreuses personnes, dans l’ombre tel par exemple Fabrice Vert, magistrat de la cour d’appel de Paris, qui est allé de sa diatribe dans la Gazette du Palais, contre la médiation obligatoire, autrement dit contre le droit à la médiation. Son article intitulé opportunément “La tentation de la médiation obligatoire” n’apporte aucun argument pro domo. Selon l’auteur, qui présente des résultats navrant, à se demander pourquoi lui avoir confié une mission qu’il n’a pas su maîtriser, il y aurait au Ministère de la Justice un groupe de travail sur la médiation obligatoire. Faux : aux dires mêmes du président de ce groupe, Marc Juston, le groupe de travail planchait sur les mesures d’accompagnement de la co-parentalité.

La tempête médiatique des municipales passée, il faudra bien revenir sur ce projet indispensable à l’adaptation des institutions et des moeurs : la médiation obligatoire sous la nouvelle forme sémantique, plus juste, le droit à la médiation. Ne perdons quand même pas trop de temps avec ces pantomimes, c’est déjà en marche par d’autres voies…

Pour le moment, les grands perdants de cette manifestation, ce sont les familles en souffrance ! Mais voilà, qui aime bien châtie bien, n’est-ce pas…

De l’avocat obligatoire au médiateur obligatoire, une justice en mutation

Uriage 2011-6Pour pouvoir lire cet article dont la suite est publiée sur Agoravox et le Village de la Justice, il convient de considérer que la “justice” est un mythe qui ne permet pas aux personnes de se faire une représentation réelle du système judiciaire. Il n’existe pas plus de justice que de beurre en broche, pas plus de justice que d’ange et de char à soleil. Les décisions judiciaires sont rendues par des personnes qui, de ce fait, en viennent à se substituer aux citoyens dont l’incapacité de s’entendre.

Au civil, déjà, il serait possible d’étendre l’exercice de la libre décision. Il serait possible de mettre en place un système de médiation professionnelle visant à aider les protagonistes à réfléchir plutôt qu’à obéir.

Mais avant d’aller plus loin, il convient de rendre hommage à M° Féral-Schuhl, bâtonnier de Paris, qui a fait de l’année 2013 une année dédiée à la médiation. Les médiateurs professionnels s’engagent sur une décennie de 2015 à 2025…

=> Suite sur Agoravox =>

=> Suite sur le Village de la Justice =>

En cliquant sur la  photo, je vous donne rendez-vous à une présentation que j’ai faite sur l’idée de justice à Uriage, lors d’une conférence sur La justice et ses milieu

Le droit à la médiation, une application de la liberté de décision, écouté par Christiane Taubira ?

A la rédaction de Mediapart,

J’apprends que vous invitez des abonnés à votre rencontre avec la ministre de la justice,Christiane Taubira, ce mercredi 18 décembre, à 18h30.

Etant abonné, je serai intéressé par être présent à cette rencontre dans la mesure où il me serait possible de lui poser une question sur sa manière de concevoir l’évolution de la médiation comme alternative au recours au système judiciaire en France, sachant que l’Europe a incité tous les Etats membres à intégrer la médiation dans ses dispositifs législatifs, notamment en matières civiles et commerciales, et qu’il existe des courants idéologiques et religieux qui tendent à connoter la médiation judiciaire.

Quid donc de la laïcité en médiation ? Quid de la possibilité de faire reconnaître en France le droit à la médiation qui garantit l’exercice du principe de sauvegarde de la libre décision face à l’institution judiciaire dont le principe est de priver les citoyens de leur libre arbitre, ce qui est contraire à la déclaration universelle des droits de l’homme ?

L’état de la législation en France est très équivoque puisque nous avons un décret, pris sous la présidence précédente, qui a des dispositions inconstitutionnelles. Ce décret limite par exemple le recours à la médiation en matière de droit du travail aux seuls transfrontaliers, ce qui implique des droits différents pour les citoyens en fonction de l’implantation géographique de leur employeur.

Des expérimentations sont lancées en France pour tester la médiation préalable. Il s’agit de contextes familiaux. Mais ces expérimentations sont si fortement connotées par l’emprise de courant religieux (l’institut catholique contrôle quasiment l’ensemble des expérimentations) et lobbyistes (avec les professions juridiques), qu’elles ne peuvent aboutir qu’à des résultats très timides.

Quand on parle de citoyenneté responsable, il existe donc une forme de médiation qui ne la promeut pas et c’est pourtant celle qui a ses droits d’entrée au ministère de la justice. Il convient de souligner que les opposants au mariage pour tous sont les mêmes opposants au “droit à la médiation“.

Il existe une école promotrice de la médiation préalable. Elle a initié le droit à la médiation, la conception professionnelle de la médiation. Elle est laïque. Cette école est celle des médiateurs professionnels : l’école professionnelle de la médiation et de la négociation, sis à Bordeaux. N’est-il pas dommageable de constater que c’est une vision carcérale du droit qui prévaut, notamment en mettant aussi en place des “cellules de médiation”, empêchant la médiation de s’épanouir comme instrumentation de la libre décision ?

Je suis à votre disposition si vous souhaitez voir ce sujet également abordé lors de votre entretien avec Mme Christiane Taubira,

Cordialement

Les photos sont de Commons et Wikipedia

Qui donc me fait mauvaise réputation dans le microcosme de la médiation ?

Ah, la réputatigeorges-brassens-georges-brassens-la-mauvaise-reputation-et-ses-plus-belles-chansons-112037269on. Voilà que plein de gens me connaissent. Super, mais apparemment ils me connaissent avec une réputation sulfureuse. Normal, ça ne provient pas du monde de la laïcité. L’ignorance est terrible. Pour me prévenir, et ce n’est pas la première fois, je reçois ce gentil message de la part d’un utilisateur de Linkedin, à l’occasion d’une discussion sur la médiation internalisée.

Le 18/09/13 2:19,  R.D. a écrit :

Bonjour,

Je profite de votre point de vue sur le sujet posté par Claude, pour vous poser une question personnelle sans la partager avec les autres intervenants.

J’ai entendu beaucoup de critiques à votre encontre et sur les méthodes qui seraient celles de votre organisation.
N’étant pas de nature suiveur en matière de rumeur, je préfère remonter à la source pour savoir ce qu’il en est.
Pourquoi selon vous, y-a-t-il tant de critiques ?
Vous n’êtes bien entendu pas obligé de répondre, et si vous le faites cette dernière restera entre nous.
Bien à vous.

============== Ma réponse============

Bonjour et merci. Vous pouvez poser cette question publiquement. D’ailleurs, je vais publier ma réponse, parce que ça se répète alors autrement clarifier. En conséquence, je suis ravi de vous éclairer.

Je serai direct : les critiques à mon endroit viennent de personnes liées ou formées à l’institut catholique et plus spécifiquement à l’IFOMENE. Elles peuvent être aussi infiltrées dans les formations universitaires. Demandez où ces personnes qui véhiculent ces critiques ont été formées. Vérifiez, parce que le mensonge participe de cette stratégie de mise à l’index, au demeurant contre-productive, parce que je trouve cela stimulant. On l’a vu avec une intervention d’une avocate prétendant être médiatrice sur le site village de la justice qui me désignait stupidement comme auteur d’un article alors qu’il était écrit par une de ses consœurs. Pourquoi ? semer le trouble, le doute, ne pas répondre sur le fond. Que sais-je ?

Des enjeux fondamentaux se jouent dans la médiation des conflits

Il convient de comprendre ce qui se passe dans le monde de la médiation. Les enjeux ne sont pas seulement économiques, ils sont culturels, cultuels et politiques.

Aujourd’hui, il existe deux options pour la médiation, la version moralisatrice qui déteste dire qui elle est et la version laïque que représentent les organisations EPMN, CPMN et ViaMediation. Dans l’autre courant, globalement, il y a un ensemble d’organisations qui ont fait cause commune et sont particulièrement critiques, voire dénigrantes, procédé classique du sectarisme ambiant. Ces organisations se sont d’ailleurs unies dans le Regroupement des organisations pour la médiation (ROM… le sigle choisi est significatif genre tous les chemins y mènent…). Alors, oui, ces critiques sont centrées sur moi à défaut de pouvoir l’être sur le contenu, puis le dénigrement glissent sur les organisations de la “médiation professionnelle”, dénonçant opportunément arrogance, insolence et que sais-je ? Les propos me sont venus même dits à mes proches. Stratégie concurrentielle qui repose sur des causes précises qui sont à l’origine des différences de conceptions très importantes en matière d’intervention, de techniques, d’instrumentation, de processus et de dynamique culturelle ; autrement dit, en terme de professionnalisme ou de complaisance :

  • je n’ai pas accepté de me “soumettre” à l’autorité morale du prêtre Jean François Six (déclinée CMFM, ANM, etc) puisque j’ai créé une école laïque, ni de rejoindre le mouvement de Stephen Bensimon (IFOMENE, ICP, GEMME) et l’ordre des avocats de Paris (FNCM et les centres liés à différents barreaux) ;
  • j’ai initié la “médiation professionnelle”, contestant ainsi l’intuitivité et le bon sens qui étaient revendiqués jusqu’alors pour exercer et j’ai ainsi inventé le concept du “métier de médiateur”, dissocié en conséquence de la profession d’avocat et de manière générale de juriste, de psychologue et de moraliste (cf. mon livre “Et tu deviendras médiateur…”).
  • j’ai dénoncé la pratique de la MAMIF et de médiatrices qui ont conduit à la prison et non en médiation (l’affaire Gettliffe est encore dans certaines mémoires ;
  • nous avons créé le premier Code d’éthique et de déontologie de la médiation, le CODEOME, qui a été copié jusqu’au Québec et a fait l’objet d’un pompage sans citation mais flagrant pour l’élaboration du code de certaines organisations françaises – A chaque fois, évidemment, nous avons réagi ;
  • la CPMN demande l’abrogation du diplôme d’Etat de médiation familiale qui est une aberration ;
  • une décision du CA de la CPMN a arrêté un rapprochement que j’avais pourtant tentée avec la FNCM voici deux ans
  • nous avons une démarche professionnelle et nous interdisons le parasitisme (quelques personnes de l’ANM ont parasité des marques déposées et tandis qu’elles refusaient la discussion, la procédure les a contraint à cesser.
  • en tant qu’initiateur du concept de “médiation professionnelle” (cf mon ouvrage pratique de la médiation professionnelle- ed. ESF), je fais en sorte que cette matière que j’ai développée en tant que “discipline à part entière” ne soit pas galvaudée par qui que ce soit, ce qui fait des jaloux
  • des personnes ont été suspendues l’an dernier de notre organisation pour exercice non éthique de notre pratique professionnelle (cf. le CODEOME). Une procédure est en cours, ces personnes ayant refusé la médiation prévue par notre code
  • nous avons sorti le Code de la médiation, recueil préfigurant le travail inévitable du législateur, 2° édition cette année
  • nous avons pris position relativement à la propagation des “risques psycho-sociaux” et de son substitut la “qualité de vie au travail” RPS et QVT et démontré que les études faites sur ces thématiques étaient parasites sur les finances des entreprises et portaient préjudice aux relations et aux personnes en introduisant une mystique pseudo-scientifique dans les rapports humains. Conférences à Ajaccio, Bordeaux, Lille, Lyon : l’idée ne plait pas à ceux qui en ont fait leur marché : la médiation professionnelle est un antidote à ces représentations inopérantes, tandis que la mise en place de dispositifs de médiation professionnelle dépasse la prévention des différends pour constituer une instrumentation au service de la qualité des relations
  • à cela s’ajoute que je n’ai pas de complaisance pour ces techniques fast-food qui consistent à tremper la mie de son ignorance dans les sauces américaines de “développement personnel” : analyse transactionnelle, programmation neuro-linguistique, mentalisme, etc.

C’est donc dans ces apports concrets que les “amis de la médiation” et ses amateurs 😉 puisent leurs causes de jugements et en plus je ne me prends pas (forcément) au sérieux, ce qui empêche la prise des attaques toujours à vocation d’être désagréables, sinon ça ne serait pas drôle… Ca agace et je poursuis mon chemin.

Autrement dit, je ne suis guère “confraternels” avec des non-professionnels.

Ainsi, plusieurs conceptions de la médiation co-existent. Il convient d’arrêter de jouer à cache cache. La laïcité en prend pour son grade. Lors des débats concernant le mariage, deux camps se sont révélés dans la médiation. Et tout cela est lié, bien évidemment parce que la liberté de penser s’arrête pour ceux-là lorsque vous commencez à affirmer vos conceptions des choses et qu’elles se révèlent comme provoquant un inévitable changement. On vous appelle à la modération, c’est à dire à vous taire. Mais quand votre plaisir de bâtir vous porte, et que le risque n’est plus à l’inquisition, on peut avancer sans voile ni masque. Donc, deux camps entre la liberté de conscience (droit de ne pas croire, liberté de critique) et la liberté religieuse (croire comme postulat et ne rien dire sur les croyances des autres, avec développement de la religion dans l’enseignement). Ainsi :

  • ceux pour le mariage pour tous ou qui considèrent que la liberté des autres n’est pas un problème pour eux
  • ceux qui étaient contre et on a bien vu d’où venaient une grosse part des financements : l’Eglise catholique (cf. ICP, IFOMENE embarqué).

Au passage, j’ai identifié les quatre courants de pensée qui traversent la médiation des conflits :

  1. confessionnel (judéo-chrétien – nous n’avons pas vu vraiment pointé encore une version islamique de la médiation en France, mais bouddhiste un peu et sectaire beaucoup…)
  2. juridique (encadrement par les professionnels du droit, référence à l’ordre moral et l’ordre public, rappel éventuel à la loi et aux convenances)
  3. psychologique (tout le monde est bon pour le divan ; le conflit ça se soigne, on thérapise) très développée en médiation familiale
  4. et le courant rationnel, fondé sur une recherche scientifique que j’ai initié, lié à la pensée cartésienne et de Diderot : le conflit résulte de l’ignorance humaine ; la responsabilité se construit avec l’épanouissement de la conscience ; ce n’est pas naturel, ça s’acquiert.

Pour faire simple, nous pouvons distinguer deux types de médiation :

  • la médiation pour que les gens se conforment (avec tout le petit monde animé autour de l’ICP, Stephen Bensimon, Blohorn- Breneur, etc…); soit la médiation pour obéir ;
  • la médiation professionnelle (EPMN, CPMN, ViaMediation) qui vise à permettre aux gens de rechercher vraiment par eux-mêmes, avec l’assistance du tiers médiateur professionnel, l’accord qui leur conviendra le mieux ou le moins mal, dans une quête d’altérité et de pacification en dehors du référentiel d’a priori qu’il fait bon de revendiquer. C’est ainsi que vous pouvez lire utilement de la Boétie Discours de la servitude volontaire et vous trouverez l’un des fondements de cette approche : la médiation pour réfléchir.

Le débat sur la laïcité est bien là. Mais il n’implique pas seulement ce débat. Il est aussi question de la liberté de religion et de la liberté de conscience, et enfin du devenir de toutes ces activités et professions qui font de la “gestion de conflits” un super marché lucratif tandis que j’insiste sur l’objectif de la médiation professionnelle qui est de promouvoir l’altérité et la qualité relationnelle, en toute liberté.

Désormais, les organisations de la médiation professionnelle promeuvent le droit à la médiation et ce dernier né agace aussi encore plus parce qu’il vient marquer un droit qu’il va être difficile de contester. Notre symposium annuel est aussi un évènement de plus en plus important…

Les raisons de critiquer peuvent être nombreuses pour les jaloux. Le bûcher n’existe plus, mais l’art de la rumeur est la pratique choisie par ces personnes qui savent bien qu’elles vont devoir changer, parce que le droit à la médiation est en marche. Laïque. 😉

N’hésitez pas. Faites le savoir…

Cordialement

Ps : ha j’ai même oublié que je suis en procès contre la CEGOS pour l’appropriation du contenu de la formation que j’ai élaboré. La directrice de la CEGOS est l’ancienne Secrétaire Générale de l’Institut Catholique de Paris. Ce n’est pas fait pour arranger les relations tout cela. Mais dans cette ambiance, ça permet d’être dans une compétition et les choses progressent encore mieux finalement 😉