Une personne en colère

Une personne en colère

Vue dans la rue, prise au dépourvu, une personne explose son conflit au téléphone : “Je suis une fille normale…” dit-elle, en s’interrogeant sur ce que l’autre voudrait qu’elle fasse, se suicide peut-être.
.
Tellement absorbée par son histoire, elle ne peut prêter attention à rien d’autre. Encore moins à moi qui la filme. Les automatismes de la vie lui permettent seulement d’avoir une certaine vigilance pour avancer physiquement. Son histoire la porte ou la transporte. Elle va, rasant les murs qu’elle suit et qu’elle fuit. Elle raconte son histoire au détour de tous les carrefours. Elle a fermé son sens critique sur toutes les autres formes de réalité. Un monde s’est construit en elle et l’a enfermé, et les autres avec elle.

Elle jouerait sur la scène de la vie un personnage de Luigi Pirandello : “Chacun de nous projette un univers dans lequel il s’enferme et les autres avec lui.”… sauf l’observateur qui s’inquiète de ce que cette forme d’auto-enfermement ne l’atteigne pas… ou plus. Un moment, pris en flagrant délit d’hébétude.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *